Méditation Ascension du Seigneur

By | 21 mai 2020

le 21 mai 2020
Ac 1, 1-11 ; Eph. 1, 17-23 ; Mt 28, 16-20

Dans les Actes des Apôtres, Luc situe l’Ascension au bout de quarante jours
d’apparitions qui préparent les disciples à leur mission. L’Ascension marque la fin de la
mission de Jésus sur terre et le début de celle de l’Eglise. Si la mission de Jésus n’a duré que
quelques années encadrées par son baptême et son départ auprès du Père dont nous célébrons
la fête aujourd’hui ; celle de l’Eglise durera jusqu’à la fin des temps.

Sur la montagne comme lors de la transfiguration, les disciples vont vivre une
expérience réelle d’une séparation. Jusqu’ici les disciples ont suivi Jésus qui prenait les coups
en leur nom ; maintenant ils ont à prendre leurs responsabilités et mener eux-mêmes le
combat spirituel qui s’impose : assumer son départ et poursuivre son œuvre grâce à son
Esprit. Ils auront à prendre la responsabilité de faire de toutes les nations des disciples,
comme Jésus avait fait d’eux ses disciples ; de promouvoir un message qui les surprend
encore et qui dépasse les forces humaines.
C’est à tous les chrétiens aujourd’hui que Jésus confie la mission suprême de baptiser,
et d’annoncer ses commandements ; de témoigner de l’espérance qui les habite et de partager
avec les autres leur expérience de vie transformée par la Parole de Dieu. C’est nous qui allons
mais c’est Jésus qui a tout le pouvoir : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez donc ! ». Le Seigneur ne retient pas nos fragilités et malgré elles et avec la force de son
Esprit, il compte sur nous pour poursuivre son œuvre. C’est par nous désormais que le Christ
se rend présent au monde, à ceux qui souffrent de maladie (Covid-19 ou autres), d’isolement
et de solitude.
L’aventure de l’Eglise commence à Jérusalem, là où celle de Jésus a débuté. Son
départ vers le Père, ne cause pas de la tristesse, mais au contraire de la joie, parce que son
absence est aussi un type de présence radicalement nouveau : «je suis avec vous tous les jours
jusqu’à la fin du monde c’est-à-dire en toutes circonstances, même dans les situations qui
nous semblent désespérées. Il est présent par sa Parole, par notre vie fraternelle, par ses
sacrements et par la prière.
Notre ascension est d’accéder à une intime connaissance du Christ, nous ouvrir à sa
lumière, découvrir l’amour de Dieu, Un et Trine. Pendant ce temps qui nous sépare de la
Pentecôte, nous sommes appelés à demeurer dans la prière, comme les Apôtres au Cénacle. Et
comme nos évêques nous y invitent prions la prière de Neuvaine avec Marie pour ceux qui
souffrent de la pandémie du Corona virus (de l’Ascension à la Pentecôte), en attente de
l’Esprit-Saint.
Bonne fête de l’Ascension à tous.